partagez!

Faisant suite à la conception du café – torréfaction  Coutume en 2011 rue de Babylone à Paris (VIIème),  et à l’extension de l’enseigne  en 2013 avec le cart Coutume au sein de l’Institut Finlandais rue des écoles (Vème), nous avons été invités à développer le premier café  Coutume à l’étranger en plein cœur de Tokyo dans le quartier d’Aoyama.

Notre souhait fut de conserver l’identité développée pour la marque Coutume  à Paris tout en la réinterprétant pour s’adapter aux spécificités  du lieu Tokyoïte.

A la croisée entre un café parisien et un laboratoire à café, Coutume Aoyama offre un espace scindé en 2 parties. D’une part le laboratoire disposé sous un plafond hygiénique lisse et tramé dans lequel des dalles de LED intégrées éclairent le bar constitué de deux blocs carrelés  blancs tels des paillasses de chimiste  ; de l’autre sous un plafond suspendu ajouré selon la même trame et dont seule l’ossature laquée  a été conservée se trouve l’espace de consommation.

Un parquet en chêne s’étend sur toute la surface accessible au public et joue de différents types de poses (traditionnelle, point de Hongrie, pose  Chantilly) dans lequel un carreau de faïence blanche vient s’insérer en écho aux carreaux intégrés aux tables.

Le sous-bassement des murs de la salle tout comme de la façade sont carrelés créant ainsi une ligne continu dans tout l’espace intérieur et extérieur.

Côté rue, un meuble-vitrine carrelé abrite un échantillonneur, des assises hautes et intègre de petites plantations.  Une cloison vitrée  translucide intègre des étagères en verre et dissimule la cuisine tout en générant un grand linéaire lumineux de présentation pour le café ensaché.

Une grande table commune, intégrant des plantations, offre à l’arrière de la salle une dizaine de places éclairées par un volume de verre sérigraphié suspendu.

L’éclairage suspendu s’intègre à la trame de plafond, des douilles en céramique combinées à des ampoules tubulaires. Sur les murs périphériques des supports de barres à serviette vintage en céramique sont détournées pour devenir patères à vêtements pour les consommateurs et supports des baladeuses utilisées durant le chantier.

35.662476,139.712027
partagez!